Catégories
Lifestyle

Prosperez avec Villagers

Un mot sur le créateur

Dave Clarke

Sinister Fish Games a été fondé par Dave Clarke qui a commencé à jouer à Dungeons & Dragons en 1981 quand il avait 8 ans. A 14 ans, il crée un club de jeu de rôle et n’a jamais cessé de jouer depuis. En 2015, il décide de s’essayer au design de jeu de société. C’était tellement compliqué pour lui à l’époque qu’il décida finalement de devenir éditeur à la place.

Le 15 mai 2018, il lance la campagne Kickstarter et le projet fut financé en 3 heures ! Sinister Fish avait besoin de 7 660 £, ils ont tout simplement récolté 482 171 £.


Apres une pandémie de peste ou la plupart des habitants ont disparu, vous êtes un des fondateurs d’une nouvelle vie. Vous établissez votre petite ferme mais vous aurez vite besoin d’aide. En vous rendant sur les routes dévastées, vous rencontrerez des villageois prêt à vous aider à reconstruire. Vous allez devoir les recruter afin d’espérer pouvoir créer un nouveau village prospère mais attention, vos adversaires auront le même objectif. Le but est d’avoir le plus d’or lors des phases de marché.

Bienvenue dans Villagers !


La mise en place est simple. Les deux rangées de carte représentent la “route”. En haut, face cachée, apparaissent les villageois identifiés par leur domaine de compétence (9) : Le minerais, le bois, le foin, la vigne, l’élevage, la laine, le cuir, les professions solitaires et les spéciaux. En bas, les villageois face révélée que vous pouvez aussi choisir d’emblée lors de la premiere phase, chacun votre tour. Le nombre de choix est conditionné par votre capacité à nourrir vos villageois (en rouge sur certaine carte).

Le jeu se présente ainsi. Dans cet exemple, un joueur à choisi d’engager un cooper (tonnelier).

Afin de prospérer, il faudra créer des chaines de productions à l’aide (ou non) des villageois basiques (placés sur le coté dans la mise en place des cartes). Vous venez de piocher un menuisier, un chercheur d’or, un fromager ? Avant de pouvoir le faire s’installer dans votre village, il faudra du bois, un mineur ou un fermier. Vous allez me demander pourquoi je choisirais une profession plutôt qu’une autre. Chacune d’entre elle possède une certaine valeur pécuniaire qui est noté sur la carte.

Les villageois “basiques” : Fermier, Mineur, bûcheron

La deuxième phase s’appelle la phase de construction. Une fois vos villageois choisis sur la route, vous pourrez les installer en respectant la ligne de production noté sur la carte.

Deux chaines de production.
Les logos des professions inscrites sur le dos des cartes

Ici, le shepherd (berger) permet de créer deux chaines de production. Deux chaines de tissage de laine avec un tireur sur la colonne de droite. Cette chaine de laine additionnée à celle de menuiserie permet au joueur de capitaliser 18 pièces d’or (4 + 12 + 2). Sur chaque carte est noté le montant qu’elle vous rapporte. Par exemple, à droite, l’architecte naval (shipwright) à besoin d’un bûcheron (lumberjack) qui aurait été posé avant lui. Vous remporterez 2 pieces d’or lors de la phase de marché.

Exemple de chaîne de production avec de gauche à droite, une chaîne menuiserie, fermière et dans le minerais.

A vous de choisir les chaines de production que vous désirez construire ou vous spécialiser dans une seule. Pour rappel, vous jouez contre vos adversaires et parfois, vous aurez besoin d’un travailleur qui ne se trouve que dans son village afin de développer le votre. Vous allez devoir payer ces services. Vous saisissez la subtilité ?

Le système de “cadenas” ou de “dépendance”

Exemple : Vous avez un chaudronnier (placé sur un mineur) et vous désirer ouvrir une chaine de production dans la création de tonneaux en bois (pour ensuite ouvrir une brasserie), le système de cadenas (padlocks) vous indique que le cooper à besoin du chaudronnier pour exister. Vous allez devoir payer le nombre de piece requis. Ici, le chaudronnier fait partie de votre village, vous allez donc générer de l’argent pour vous même !

La dernière phase ou “phase de marché”. Ici, avec ses trois chaines de production, le joueur marque 20 pieces d’or.

Lors de cette phase qui intervient quand les deux premieres rangées de cartes sont épuisées, vous allez devoir compter les pièces d’or que vous avez amassé. Le jeu s’arrête lors de la deuxième phase avec quelques subtilités.

Lors de la deuxième phase de marché, vous utiliserez les premieres pieces placées sur le jeu ainsi que celles qui auront été générées par le logo en argent sur certaine carte.

Lors de la deuxième phase de marché, vous comptez les pieces en argent.

Ici, le transporteur de minerai avec son âne vous rapportera 4 pieces d’or pour chaque pair de villageois spécialisés dans le minerai. (Le logo de la piece est en argent afin de ne pas confondre avec les pieces d’or de la premiere phase de marché mais c’est la même chose)

Une partie des villageois spéciaux

Les villageois spéciaux pimentent la partie. Par exemple, l’apprenti vous permet de remplacer la carte villageois de votre village ou d’un autre par celui-ci et vous, de prendre le villageois en question.

Lors du monde solo, vous jouerez contre la comtesse. Les règles sont les memes sauf que la comtesse n’a pas besoin de créer des chaines de production, elle génère automatique de l’argent et vous mettra des batons dans les roues. Vous utiliserez les cartes “événement d’été et d’hiver” qui vous rendrons la tache plus compliquée. Pour jouer en solo, à chaque fois que vous choisirez une carte villageois, vous en donnerez aussi une à la comtesse.


Quand j’ai posé les mains dessus, j’ai compris que le design de Villagers était le maitre-mot. Il n’ y a pas de plateau même s’il est possible d’en acheter un séparément. Les cartes ont une finition en lin agréable au toucher. Les dessins sont mignons et facile à comprendre. J’ai le jeu en anglais, il n’y a pas besoin d’avoir un niveau très élevé. Il est possible de le trouver en français chez certains revendeurs.

L’ensemble du jeu respire la qualité, la boite est étudiée afin de pouvoir ranger les cartes de façon ordonnée. Les pieces d’or sont en carton (en bois pour les premiers backer). J’ai joué en mode solo qui s’avère être très dur meme s’il y a plusieurs niveaux de difficulté (conditionnés par le nombre d’événement simultané). A deux le jeux prend une autre dimension, chaque mouvement doit être étudier afin de générer le plus d’or possible. Les parties s’enchainent rapidement et le plaisir est là pour une jeu de cartes !

Vous pouvez obtenir Villagers chez votre revendeurs ou sur le site de Sinister Fish. `vous pouvez aussi y jouer gratuitement si vous possédez Tabletop simulator sur Steam !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.